FIMAV34 Image Site Banner fr
FIMAV34 Image Site Phone fr

PROGRAMMES DE COURTS MÉTRAGES EXPÉRIMENTAUX

Retour à la grille horaire | Billetterie

PROGRAMME JAPONAIS

SAMEDI 19 MAI
CÉGEP DE VICTORIAVILLE (BIBLIOTHÈQUE)
11 H ET 18 H 30 - 7 $

Survol d'une histoire infiniment riche et complexe, ce (trop) court programme de films expérimentaux japonais permettra de découvrir le travail de cinéastes nippons issus de plusieurs générations, que ce soit des pionniers des années 60 comme TOSHIO MATSUMOTO et TAKAHIKO IIMURA, un géant des années 80 comme TAKASHI ITO, ou des cinéastes contemporains établis comme TOMONARI NISHIKAWA et MAKINO TAKASHI, qui émergent dans les années 2000.

Karl Lemieux, commissaire aux courts métrages

films japonais

 

TAKASHI ITO
Spacy
16mm, 9 minutes, 1981

Spacy de TAKASHI ITO, véritable chef-d'oeuvre du cinéma d'avant-garde japonais, célèbre « [l]'extase des auto-machines qui vont au-delà de la logique et de la sensation de l'homme » (Norio Nishiiima, 1996). Le film est construit sur un travail très complexe d'animation image par image, réalisé à partir d'une série de photographies d'un gymnase qui ont été rephotographiées afin de produire des mouvements cycliques sans fin, et qui peuvent rappeler l'oeuvre du dessinateur M.C. Escher.
TAKAHIKO IIMURA
Ai (Love)
16mm, 10 minutes, 1962-1963

Musique de Yoko Ono

TAKAHIKO IIMURA est considéré comme l'un des pionniers du cinéma expérimental et indépendant au Japon. « Ai (Love) d'IIMURA est un film qui se distingue par sa beauté et son originalité, un ciné-poème, débarrassé de l'habituelle imagerie pseudo-surréaliste. Les exemples les plus proches auxquels il pourrait se comparer seraient Loving de Brakhage ou Flaming Creatures de Jack Smith... Une exploration poétique et sensuelle du corps [...] fluide, directe, belle ». (Jonas Mekas, Film Culture, 1966).
TOMONARI NISHIKAWA
Market Street
16mm, 5 minutes, 2005

TOMONARI NISHIKAWA est l'un des cinéastes les plus talentueux de sa génération. Il partage son temps entre le Japon et les États-Unis. Toutes les images de Market Street ont été prises sur la rue du même nom à San Fransisco, cent ans après A Trip Down Market Street, tourné en 1906, quelques jours avant le tremblement de terre et l'incendie qui allaient dévaster la ville. La trame visuelle du film de NISHIKAWA a été soigneusement composée, image par image, en captant des éléments disparates dans la rue. La qualité cinématrographie, la précision des cadrages et la rythmique trépidante du film sont à tous points saisissantes.
MAKINO TAKASHI
On Generation and Corruption
Vidéo, 26 minutes, 2017

Musique de Jim O'Rourke

On Generation and Corruption de MAKINO TAKASHI est une oeuvre abstraite « qui se nourrit du conflit de la lumière et de l'obscurité. Entièrement composé de surimpressions de paysages et de cours d'eau de Tokyo, le rythme du film est donné par le cycle des répétitions qui sont les piliers de la vie et de la civilisation. Alors que la lumière succède au chaos, le drone ambiant de Jim O'Rourke donne le ton à ce qui va suivre. » (Festival international du film de Rotterdam, 2017)
TOSHIO MATSUMOTO
For My Crushed Right Eye
16mm, 13 minutes, 1968

TOSHIO MATSUMOTO, décédé en 2017, est un pionnier du documentaire d'avant-garde, du cinéma expérimental, des pratiques multimédiatiques et de l'art vidéo au Japon. For My Crushed Right Eye est une oeuvre élargie pour trois projecteurs 16mm, réalisée dans l'après-coup d'Expo 67 à Montréal (que MATSUMOTO avait visité et qui l'avait clairement influencé). Cette oeuvre, une des premières expériences en multi-projection réalisée au Japon, est une véritable mosaïque!

PROGRAMME QUÉBÉCOIS

DIMANCHE 20 MAI
CÉGEP DE VICTIORIAVILLE (BIBLIOTHÈQUE)
11 H et 18 H 30 - 7 $

Ce programme hétéroclite de films expérimentaux québécois comprend cinq films et vidéos récents de réalisateur(trice)s qui entretiennent une relation particulière avec la Musique Actuelle. Le programme se compose d’une oeuvre de PIERRE HÉBERT, véritable monument du cinéma d’avant-garde au Québec, actif depuis le début des années 1960, ainsi que des oeuvres de quatre des réalisateur(trice)s les plus fascinant(e)s à avoir travaillé à Montréal dans les dix dernières années : SABRINA RATTÉ, PIERRE-LUC VAILLANCOURT, GUILLAUME VALLÉE et l’incontournable ALEXANDRE LAROSE

Karl Lemieux, commissaire aux courts métrages

films quebecois

 

PIERRE-LUC VAILLANCOURT
Hypnagogia
Vidéo, 5 minutes, 2017
Musique de Jon Claude Bieschke

PIERRE-LUC VAILLANCOURT, figure mythique de l'underground montréalais, est co-fondateur avec Pierre Rannou de l'ICPCE (l'Institut pour la Coordination et la Propagation des Cinémas Exploratoires). Après avoir réalisé plusieurs films en Super-8, VAILLANCOURT passe admirablement à la vidéo, notamment avec son film Ruins Rider, pour lequel Marc Hurtado d'Étant Donnés a signé une musique originale. Hypnagogia, son oeuvre la plus récente, offre un excellent exemple de cette production vidéo récente.
SABRINA RATTÉ
Built-in Views
Vidéo, 9 minutes 16 secondes, 2016

Musique de Roger Tellier-Craig

L'incontournable artiste vidéo SABRINA RATTÉ est connue, entre autres, pour les films et les performances qu'elle réalise en collaboration avec Roger Tellier-Craig (Fly Pan Am, Et Sans, GY!BE) sous le nom Le Révélateur. Le travail de RATTÉ, croisant vidéo analogique et vidéo numérique, propose de véritables voyages architecturaux à la frontière entre l'abstraction géométrique et la science-fiction.
GUILLAUME VALLÉE
Self-talk with nothingness
Vidéo, 4 minutes 15 secondes, 2017
Musique d'Alain Lefebvre

Depuis une dizaine d'années, le très prolifique GUILLAUME VALLÉE nous propose une étonnante production de films, de vidéos et de performances. Il multiplie, dans ses oeuvres, les collaborations avec des artistes de la scène musicale expérimentale montréalaise. Le magnifique Self-talk with nothingness a été produit au cours d'une résidence au Fresnoy, en France.
PIERRE HÉBERT
Scratch (triptyque-3)
Vidéo, 9 minutes 55 secondes, 2016

Musique de Malcolm Goldstein

PIERRE HÉBERT est un véritable monument du cinéma d'avant-garde au Québec. Il réalise des films d'animation expérimentaux depuis le début des années 1960. Au fil du temps, HÉBERT a développé des techniques singulières de gravure sur pellicule qui lui permettent d'improviser en direct, accompagné de musiciens du milieu de la Musique Actuelle du Québec et des États-Unis. Autour de l'an 2000, il transforme sa pratique et développe des outils numériques grâce auxquels il réalise une série imposante de vidéos et de performances. On se rappellera notamment son passage avec Bob Ostertag au FIMAV en 2003, où ils avaient présenté la performance Between Science and Garbage. Le projet Scratch regroupe tout à la fois une installation, une série d'oeuvres web, des performances et un film, en triptyque, du même nom. Scratch marque son retour à la gravure sur pellicule après une pause de près de 15 ans.
ALEXANDRE LAROSE
Saint Bathans Repetitions
35mm, 19 minutes 22 secondes, 2017

Après avoir présenté trois de ses films en 2017, ALEXANDRE LAROSE est de retour à la programmation cette année avec son très attendu Saint Bathans Repetitions, une oeuvre personnelle d'une très grande beauté dans laquelle il poursuit ses expérimentations avec le principe de la surimpression sur pellicule tout en faisant le portrait de son père. Le film a été conçu et réalisé lors d'une résidence en Nouvelle-Zélande.